Immobilier en France : étude du Credit Foncier

Immobilier en France : Ce que recherche les français quand on leur parle d’immobilier
Immobilier en france : étude du Credit Foncier auprès de 5.000 ménages français

 Cette étude sur l’immobilier en France s’est déroulée d’avril en mai 2018, elle intéressait la clientèle qui s’est portée à la recherche d’un bien immobilier à titre de résidence.

Une étude du Credit Foncier qui nous montre une enquête  très aboutie auprès de 5000 ménages.

Immobilier en France :  les français en quête d’immobilier

Ce qui saute aux yeux, de prime abord, la recherche d’une maison est plus affirmée dans les communes de moins de 5.000 habitants. Une tendance très prononcée qui atteint  plus de 80% dans le nord Ouest et Nord Est.
En revanche, dans les villes de plus de 100.000 habitants cette motivation tourne autour du tiers des chercheurs concernés. Cela se conçoit, en effet, les logements collectifs, d’appartements sont proposés de manière massive.
Les maisons individuelles sont essentiellement anciennes pensent on?  Le marché de l’immobilier est transactionnelle et relève de l’offre et la demande.

Immobilier  : répartition

Le marché de maisons individuelles neuves dans ces grandes communes est par conséquent périphérique  à la ville. Suivant les opportunités foncières agraires ou industrielles réhabilitées, les constructions se répartissent en lotissements.

Compte tenu des prix notamment des terrains, nous aurons plutôt un marché pavillonnaire de préférence.

Immobilier  recherché : avant tout l’emplacement

De cette étude il ressort que l’acheteur tient avant tout à l’emplacement du logement. En seconde position le futur propriétaire immobilier se focalise sur le nombre de pièces .
Bien entendu les grandes villes en Ile de France,, par exemple concentrent les priorités sur les transports en communs, puis pour la proximité des entreprises, à parts égales les  écoles pour les enfants. Nous identifions ainsi  le tiercé majeur du ménage échantillon.

Immobilier en France : que recherche le primo-accédant

Une remarque intéressante concerne les primo-accédants qui expriment à la  majorité de 7 sur 10 interrogés de vouloir vivre chez soi, et pour ainsi dire ne plus acquitter de loyers à fonds perdus.

Cette partie non négligeable attire notre attention. Du point de vue, gouvernementale, les primo-accédants ne sont plus traités de manière équitable. En effet, les mesures prises délaissent les zones « dites rurales » au profit des zones « dites tendues » dans les grandes villes. Chacun sait que le pouvoir d’achat des primo-accédants ne s’est pas amélioré loin s’en faut.

Immobilier : vue des secundo-accédants

L’étude s’étend aux secundo-accédants et démontrent l’engouement à vouloir changer de logement pour plus grand dans la proportion  du tiers des personnes interrogés.  ce qui correspond à la moyenne en France  du « turn over » des  mutations et des volontés exprimées  de vouloir choisir un logement plus grand. Les familles recomposées figurent sans doute dans ce panel.